« ECRIRE EN ALLEMAND. POURQUOI ? COMMENT ? »

Comment et pourquoi l’écriture créative ?

, par Christophe Vieu

En bref

Domaine de travail :
Ecriture créative

Classe / groupe d’expérimentation :
Classe de seconde

Problématique :
Le problème de fond que pose l’écriture aux élèves est :
pourquoi écrire, dans quel but précis, éventuellement pour qui et surtout pour rendre compte de quoi ? Sans oublier la question du comment… Comment faire pour que cette activité ait du sens ?

Le contexte

Thème : un voyage dans une ville allemande. Il s’agit d’un voyage imaginaire. Les élèves s’appuient sur des informations réelles (puisées entre autres sur Internet) et se projettent dans une situation de vie dont ils vont rendre compte par écrit à différentes personnes et aussi dans leur journal de bord. Thématiquement le lien avec le programme des lycées est évident. L’élève devient plus autonome en se prenant littéralement en charge dans ce projet de voyage qui peut-être un jour se concrétisera de manière réelle.

Objectifs : stimuler l’envie d’écrire et améliorer le niveau de compétence dans cette activité. Renforcer la cohésion du groupe en faisant appel au jeu théâtral utilisé comme moyen de stimuler l’imagination. Le travail d’écriture se fait à la maison, sauf dans la phase ultime, appelée plus bas tâche finale en temps limité. C’est aussi dans ces moments de jeu collectif que se fait la réactivation et/ou l’apport lexical nécessaire à l’écriture, ceci pour éviter le recours trop systématique au dictionnaire et faciliter le travail de rédaction à la maison. On peut résumer ces objectifs ainsi :

  • a) Donner du sens à l’écriture : on écrit pour rendre compte de ce qu’on a vécu. En général, on demande aux élèves leur avis sur un problème, ou d’exprimer une prise de position. Par ce travail d’écriture créative, on s’appuie non sur le vécu réel, ou sur l’opinion, mais sur la possibilité d’une expérience. Pendant quelques séances, le cours d’allemand devient le lieu du voyage, un moment d’ouverture sur le monde non par la connaissance, mais par le biais de l’imaginaire. Par ailleurs l’élève découvre l’Allemagne par lui-même.
  • b) Utiliser le jeu théâtral pour stimuler l’imaginaire et renforcer l’implication des élèves dans le projet. La réactivation du lexique se fait de manière ludique et très visuelle.
  • c) Réactiver l’utilisation de certains faits langagiers qui ne sont pas encore maitrisés : l’opposition passé/présent, le maniement des prépositions spatiales et clarifier l’opposition entre le « directionnel » et le « locatif » et son incidence dans le marquage, apprendre à situer un événement dans le temps, revoir le lexique de la vie quotidienne.
  • d) Réaliser une exposition sur les villes allemandes intitulée : Wie sie die deutschen Städte sehen. Cette idée a été induite par la grande qualité des travaux fournis par les élèves qui ont joué le jeu au-delà de mes espérances. Elle a été présentée dans le cadre de la journée de l’amitié franco-allemande au lycée J.B. Corot à partir du 20 janvier 2012.
  • e) Relancer l’intérêt des élèves pour l’activité en proposant un voyage avec trois étapes :
    • 1) Le voyage lui-même
    • 2) La découverte de la ville, ce qu’on peut y faire.
    • 3) La rencontre (l’imprévu)

Mise en oeuvre

Phase préparatoire.
A partir du manuel Welten seconde, les élèves ont découvert les différents aspects d’une ville allemande, Heidelberg. L’unité consacrée à Julia (unité 1, de la page 11 à la page 13 de la nouvelle édition) et à son voyage en France a constitué le point de départ du travail d’écriture créative. L’assistante a proposé par ailleurs une découverte approfondie de la ville à partir de différents documents écrits. Les documents sonores proposés dans cette unité ont été exploités. Ajoutons que l’idée d’une rencontre entre Julia et Olivier en Allemagne a préparé les élèves au projet futur (voir document annexe 1). Puis lors d’une séance de recherche au CDI, pendant le cours, un jeu leur a été proposé qui consistait à trouver sur le site de la ville de Heidelberg http://www.heidelberg-marketing.de) des réponses à dix questions posées (annexe 2). Les élèves ont appris lors de cette séance ludique à trouver des informations sur le site d’une grande ville en langue allemande. Il a été nécessaire de surveiller que les élèves choisissaient bien l’allemand comme langue de communication, car d’autres langues dont le français étaient proposées sur ce site.

Tâche proposée à la maison à l’issue de cette séance : choisir une ville allemande (autre que Heidelberg) et réaliser un support publicitaire (format A 4 ou A 3) destiné à mettre en évidence les aspects positifs/côtés attrayants de cette ville. L’idée annoncée en classe est d’imaginer un séjour de quelques jours dans cette ville. Aucun élève n’a eu besoin d’aide pour choisir sa ville.

Découverte des productions lors de la séance suivante :
Les productions ont été déposées sur des tables afin que tous les élèves puissent les découvrir. Puis chaque élève a présenté sa production. Les autres élèves disposaient à présent d’informations sur les activités possibles dans la ville retenue et après avoir choisi la période de l’année où ils voulaient s’y rendre et ce qu’ils aimeraient y voir et y faire, un exercice fut proposé autour de la question de ce qu’ils souhaiteraient emporter.

Pour faciliter l’accès au lexique un jeu fut alors proposé en classe : un élève mimait ce qu’il voulait emporter (Was nimmst du nach D. mit ?), et au fur à mesure était listé au tableau le vocabulaire selon les propositions qui variaient en fonction de la saison. Ce vocabulaire nouveau noté au tableau fut recopié par les élèves dans le cahier. Cette phase ludique terminée (on a évité de passer du français à l’allemand, on a appris des mots nouveaux en s’amusant), les élèves ont dû réaliser une première tâche d’écriture dans le « carnet de voyage » en allemand qui répondait au moins à trois questions.

Was nimmst du mit und wie fährst du ?
Durch welche Länder fährst du ?
Was machst du während der Reise ?

Troisième séance : je raconte ma première journée dans la ville.
Avant de laisser les élèves imaginer leur première journée dans cette ville, un exercice ludique d’acquisition du vocabulaire est proposé : tous les élèves sont en cercle avec le professeur. A chacun est attribué un numéro, de 1 à 4. A chaque fois qu’un numéro est annoncé, les élèves concernés échangent leur place en jouant et en accompagnant leur déplacement d’une émotion (fröhlich, traurig, usw), d’une information concernant l’environnement (es ist sehr warm, es ist sehr kalt/es regnet, die Sonne scheint, es schneit, es gibt viel Verkehr), ou d’un état (ich bin müde, ich gehe sehr schnell, ich gehe langsam, ich bin neugierig, überrascht usw). Cette phase terminée, les élèves assis en cercle entendent plusieurs questions destinées à les transporter par l’imagination dans cette ville : Wie sind die Menschen in deiner Stadt ? Gibt es Geschäfte, viel Verkehr, Touristen, was siehst du auf der Straße und wie ist das Wetter ? Was machst du heute ? Ensuite chaque élève raconte en allemand au groupe ce qu’il a vu/imaginé à partir des questions qui ont été posées. Le temps de parole va de 1 à 3 minutes pour chacun. La deuxième tâche d’écriture donnée à la maison est : écrire une carte postale à un ami allemand dans laquelle on raconte sa première journée dans la ville au passé (réinvestissement de ce qui a été fait en classe) avec réalisation d’une carte postale .

Carte postale 1

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Carte postale 2

Quatrième phase : une rencontre dans la ville
En début de séance, tandis que le groupe est en cercle le professeur montre du doigt des vêtements : les élèves disent à haute voix le vocable correspondant à chaque vêtement montré par le professeur. Les élèves ayant vite compris le principe proposent eux-mêmes de prendre en charge cette tâche, ce qui permet au professeur d’intervenir juste pour éventuellement injecter le lexique adéquat. Au bout de quelques minutes, tous les éléments de la description vestimentaire ont été inventoriés. S’y ajoutent quelques éléments relevant de la description physique (blond, blaue Augen, eine Brille tragen usw). Les élèves marchent alors dans l’espace et soudain, au signal du professeur, se mettent dos à dos : chacun doit décrire son partenaire qu’il ne voit pas. Puis les élèves se remettent assis en cercle, et on pose aux élèves les questions suivantes : du triffst heute eine Person in deiner Stadt. Wie sieht sie aus ? Kannst du sie beschreiben ? Même principe que pour la séance précédente (avec compte rendu oral individuel) et à nouveau travail d’écriture à réaliser à la maison : écrire un mail à un ami allemand dans lequel on décrit la personne rencontrée et ce qu’on a fait dans la ville avec cette personne lors de cette journée passée ensemble. Le temps utilisé sera le passé.

Cinquième phase :
En classe présenter à l’oral après un temps de préparation sa ville : activités, transports, loisirs, curiosités et informations pratiques. Cet exercice oral est facile à réaliser pour les élèves. Tâche finale à la maison : produire un document type prospectus en langue allemande en tenant compte des différentes rubriques mentionnée ci-dessus et adressé à cette personne rencontrée en Allemagne. Le choix de la langue est donc tout à fait justifié : on conçoit de toutes pièces un document informatif que l’on adresse à un/une germanophone. Ce travail réalisé à la maison est évalué. Il permet de vérifier si les élèves sont capables :
- de se renseigner sur les activités proposées dans leur propre ville.
- de les rendre intelligibles à une personne non francophone.
- de respecter la consigne

Devoir en classe, tâche finale en temps limité :
Se mettre à la place du jeune Allemand/de la jeune Allemande et écrire une page du journal de bord en allemand dans lequel l’élève raconte une journée passée avec cet ami/cette ami (e) français (e) lors de sa venue en France. Il faudra donc adopter le point de vue de l’autre. Cette contrainte va justifier le recours à la langue allemande.

Ouverture possible vers un autre travail d’écriture créative :

  • 1) Vous êtes un (e) auteur (e) allemand et vous écrivez la première page d’un roman dans lequel le personnage principal fait un voyage et une rencontre insolite.
  • 2) Vous êtes un auteur de conte et vous imaginez le début d’une histoire dans laquelle votre/vos personnage(s) va/vont effectuer plusieurs déplacements. On peut ajouter une liste de lieux : l‘élève devra nécessairement en choisir au moins trois (der Wald, die Mühle, das Schloss, die Hütte, der Berg, der Fluss, die Brücke, der See, das Gasthaus, das Schlazimmer, die Burg, der Hühnerstall, das Berghaus, die Insel)

Bilan

Ce projet achevé et les séances de théâtre qui l’ont accompagné ont été extrêmement positifs sur le plan des apprentissages et sur le plan relationnel. J’ai constaté une formidable envie de s’impliquer et à aucun moment les élèves n’ont rechigné à produire le travail écrit demandé. Néanmoins les consignes n’ont pas toujours été respectées. J’ai remarqué que les élèves ont apprécié le fait de devoir produire un support où ils pouvaient laisser libre cours à leur imagination. Les travaux produits sont de grande qualité.

Ouverture

Ce travail a connu un prolongement à travers un des thèmes abordés cette année (die Umwelt, voir Welten seconde, « Umwelt und Natur ») et qui a donné lieu entre autres à une présentation de sketchs semi-improvisés. Le document audio présenté dans le Welten seconde (Diskussionsforum page 40), ainsi que le travail fait en amont sur la ville a été intégré à ce travail d’improvisation qui a été en quelque sorte synthétisé dans un devoir écrit : « Deine Ferien in einer grünen Stadt ». Petite anecdote croustillante : une élève a écrit son devoir sur du papier toilette biodégradable…

Analyse des deux productions d’élèves :
Le devoir de la photo 001 date du mois de novembre. L’élève maitrisait déjà le parfait et plaçait le verbe au bon endroit, néanmoins à deux reprises elle sépare le groupe 1 du verbe par une virgule. Dans le second devoir 002 (qui date de mai), ce problème a disparu. Les phrases sont plus longues, le message plus consistant, il y a différents types d’informations (où, avec qui, quoi, combien de temps,) mais des erreurs de marquage sont toujours présentes dans cette bonne copie. Dans l’ensemble, les capacités d’expression écrite sont plus importantes, il n’y a presque pas de fautes de placement, ne demeurent que des fautes de déclinaison. Cette élève a progressé, mais n’est pas encore en mesure d’écrire un allemand sans fautes. Ce n’était du reste pas mon objectif.

- Retour au sommaire du dossier
- Télécharger cet article en format pdf
- Retour à l’article précédent du dossier.
- Suite du dossier : 10.

Voir en ligne : Retour vers l’introduction au dossier

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)