Témoignage d’Aude R. - élève "Brigitte Sauzay"

Les progrès

A la fin du séjour, je me suis aperçue que j’avais fais des progrès incroyables dans cette langue. Vers la fin du séjour, je rêvais en allemand, pensais en allemand et avec ça cela devenait impossible d’écrire en français des mails ou des lettres car j’écrivais les mots en allemand (pour tout de suite les effacer, dur dur mais marrant.) Et au téléphone il m’arrivait de prononcer des phrases en allemand avant que mes parents ou amis me reprennent.
Je vous donne quelques exemples de gros progrès : ma famille d’accueil m’avait offert un livre pour mon anniversaire, qui se situait au début du séjour (le 2 mai), et je n’avais pas réussi à lire la première page. J’en avais conclu que c’était vraiment trop dur et avais laissé tomber. Mais à la fin des deux mois, je l’ai réouvert et là, miracle, je comprenais tout de A à Z et l’ai fini en moins de trois jours. Ce fut pareil pour mon livre scolaire d’allemand emmené mais pas ouvert jusqu’à la fin du séjour. Je l’ai fait et tout était clair comme de l’eau de roche. VRAIMENT IMPRESSIONANT !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Il faut quand même dire que pour arriver à ce résultat, j’ai noté et appris chaque jour le vocabulaire nouveau, j’ai beaucoup discuté avec la famille , et passé des fois 5 jours entiers sans parler un mot de français, et fait de gros efforts.
Mais aujourd’hui, JE SUIS HEUREUSE DU RESULTAT.

Le cafard

Pour mon cas , je pense que les semaines les plus dures ont été la troisième et la quatrième. En effet, durant la première j’étais avec ma classe et on s’amusait comme des fous. Mais c’est au moment où je les ai quittés que je me suis vraiment rendu compte que j’allais rester pour deux mois. La deuxième semaine je découvrais l’école et toute la culture allemande et je n’ai pas eu le temps d’avoir le cafard. La troisième et la quatrième semaine je commençais à trouver le temps long et je pensais :
« Pourquoi ma correspondante n’est-elle pas toujours sympa avec moi ? » (en effet, pour les correspondants c’est difficile d’avoir toujours quelqu’un qui te suit partout et qui ne comprend pas tout ce que tu lui dis et je comprends que cela puisse les énerver).
« Hou là là, je n’ai pas encore fait la moitié du séjour !!!!! »
« Je n’en peux plus, je pense que je ne tiendrai pas !!!!!!!!! »
Mais les semaines suivantes, on comprend de plus en plus tout ce qu’on nous dit et ce qui se dit autour de nous ; alors on n’a plus le temps de s’ennuyer. De plus suite à la visite encourageante de ma professeur d’allemand et le merveilleux pain au chocolat français amené lors de la rencontre ; le moral était remonté. Mais au téléphone c’était quand même dur et chaque semaine j’y passais un peu plus de temps. Enfin, la dernière semaine( sûrement la meilleure avec la première) j’ai profité à fond de mes derniers jours en Allemagne. Et surtout j’étais devenu vraiment très très très amie avec ma correspondante.
Finalement, j’ai maintenant le cafard de ma famille d’accueil. Heureusement qu’ils viennent bientôt chez nous !!!!

L’école

En cours, j’étais considérée, pour ce qui était du travail, comme tout autre élève et je faisais donc les devoirs, les contrôles, les copies de cours …etc.
- Pour le français j’avais bien sûr toujours les meilleures notes et aidais ma correspondante pour ses devoirs.
- Pour les matières comme les maths et la musique j’étais à l’aise (une fois en maths j’ai eu la quatrième meilleure note de la classe).
- Mais pour ce qui concernait les autres matières c’était très difficile de suivre(en tout cas au début). J’avais à faire des contrôles que je ne réussissais pas et bien souvent (surtout en physique et en chimie ou c’était le plus compliqué), je rendais presque copie blanche. De plus, pour les rédactions d’allemand je devais toujours demander de l’aide à Nadine( ma correspondante).
Cependant les professeurs étaient toujours super sympa avec moi et je m’étais fait plein d’amis (lors de mon dernier jour d’école toute le classe m’a offert une grande affiche où ils avaient tous signé. J’ai eu en plus quelques cadeaux d’amis plus proche et surtout beaucoup d’adresses.)

A la fin de l’année scolaire, en Allemagne c’est bien car il y a beaucoup de fêtes pour fêter les vacances proches. Comme le voyage se situait dans ces dates là, je me suis donc beaucoup amusée le dernier mois et comme tous les Allemands, je n’ai pas beaucoup travaillé.
Mais hélas j’ai dû rattraper pendant les vacances les cours manqués en France.

La famille

J ai eu de la chance d’être tombée dans une très très gentille famille d’accueil. Il y avait les petits frères et sœurs avec qui j’ai beaucoup appris comme ils ne parlaient pas un mot de français. La maison était située à 30 min en bus de l’école, dans un petit village un peu à la campagne. Je n’avais pas une chambre pour moi, mais ce n’était pas grave car ça m’a permis de plus discuter avec Nadine, d’établir plus de liens, de faire les devoirs ensemble, d’avoir plus de fous rires… Bref, je n’y ai vu que des avantages et comme, malgré mes cinq sacs plein à craquer, j’avais une armoire pour moi, je n’avais pas de problème de place.
Pour résumer, j’ai été extrêmement bien accueilli dans une charmante famille.

Conclusion

Je ne regrette en rien cette magnifique expérience autant sur le plan de l‘apprentissage que sur les nouveaux liens établis avec la famille et des amis allemands. J’encourage donc les prochains éventuels intéressés à se lancer dans cette extraordinaire aventure.

Aude R. (partie en classe de 4°)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)