Différencier en lycée dans un regroupement multi-niveaux

, par Elizabeth Paraire

En bref

Problématique : Comment enseigner en lycée au sein d’un groupe composé d’élèves issus de séries différentes n’ayant pas les mêmes modalités d’évaluation au baccalauréat ?

Mots-clés : Pédagogie de l’autonomie, travail en groupes homogènes ou hétérogènes selon les besoins, utilisation des Tices, supports, aides et tâches différenciées, développement des compétences langagières de tous les élèves, évaluation diagnostique

Classe concernée par l’expérimentation : 1ère ST2S et 1ère Hôtellerie : 8 élèves, 1 h par semaine le mardi – Terminale ST2S préparant un baccalauréat technologique et Terminale Hôtellerie préparant un baccalauréat technologique avec une épreuve de langue spécifique = 10 élèves, 1 h par semaine le lundi. Les 4 groupes ensemble : 18 élèves, 1 heure par semaine le jeudi.

Contexte des activités mises en œuvre : L’expérimentation a eu lieu en début d’année. Tous les élèves ont travaillé sur une notion commune aux deux séries « Espaces et échanges ». Après une évaluation diagnostique, la 1ère expérimentation a concerné des groupes d’élèves organisés par filière. Pour la 2ème expérimentation, des groupes hétérogènes ont été constitués pour une même activité langagière travaillée.

Différences et points de convergence entre les groupes

Différences
Les modalités d’évaluation au bac diffèrent selon la série :
- En Terminale ST2S, l’évaluation est composée d’un écrit terminal et de deux épreuves en cours d’année, la première en compréhension de l’oral, la seconde en expression orale, chacune d’une durée de 10 minutes.
- En Terminale Hôtellerie, il s’agit d’une épreuve orale de 15 minutes dont les modalités sont fixées au B.O du 11.02.1993. « L’épreuve vise principalement à vérifier l’aptitude du candidat à s’exprimer en langue étrangère dans une situation professionnelle donnée. Elle se présente pour chacune des deux langues sous la forme d’un entretien qui s’appuie sur un ou plusieurs document(s) fourni(s) au candidat. » La nature des documents est variée, étant donné qu’ils peuvent être écrits, graphiques, iconographiques ou sonore. Il est en outre précisé que ces documents ont trait « à des situations liées à l’activité hôtelière. »

Points de convergence
Le programme d’enseignement de langues vivantes du cycle terminal étant le même pour les séries ST2S et Hôtellerie, les quatre notions seront donc étudiées par tous les élèves.

Différentes questions se posent alors : lors des cours du jeudi où les quatre groupes sont ensemble, doit-on organiser l’enseignement par filière ou par activité langagière ? Comment assurer la continuité entre les cours en petits groupes et le cours commun du jeudi ? Comment évaluer les élèves ?

Mise en œuvre

Vous trouverez la mise en œuvre détaillée dans l’article intégral téléchargeable en format pdf.

Bilan

Le thème commun abordé, exploitable par les 2 séries et les 2 niveaux a permis à tous les élèves de réaliser différentes tâches ensemble et d’atteindre un même objectif.

Lors des cours en groupe entier le jeudi, les binômes sont mixtes lorsque l’activité le permet : les 1ères Hôtellerie travaillent avec des 1ères ST2S et les Terminales Hôtellerie avec des Terminales ST2S.

Lors des séances en ½ groupe : les binômes ne sont que rarement mixtes, notamment pour le groupe de Terminale en raison du fait que les Hôtellerie travaillent des sujets spécifiques au monde de la restauration et de l’hôtellerie (entrainement à l’expression orale, à la présentation de document de type BAC). La différenciation est mise en place de façon plus efficace, car il y a moins d’élèves.

Le travail efficace en autonomie n’a été possible que lorsque les élèves voyaient que j’étais présente pour tous et non pas focalisée sur un groupe d’élèves en particulier. Pour cette raison, lors des évaluations de la compréhension de l’oral de type BAC et de l’expression orale de type bac, j’ai dû dédoubler à nouveau le groupe : les 5 élèves de Terminales ST2S ont été évalués en dehors du reste du groupe (4 heures au total pour la séance relative à la notion Espaces et échanges). De même, pour les élèves de Terminale Hôtellerie, lors des entrainements en compréhension de l’écrit et en expression orale de type bac, il a été nécessaire d’ajouter des heures (4h) pour faire un point de méthodologie et les évaluer dans des conditions optimales. Les élèves eux-mêmes étaient demandeurs de ce dédoublement qui, selon leurs dires, les a rassurés et leur a permis de remédier plus efficacement aux lacunes de chacun.
Les élèves ont gagné en autonomie au fil de la séquence, lors des travaux en binômes. Cela semble dû au fait qu’aucun binôme ne faisait la même tâche et que le travail de chacun était nécessaire pour la progression de l’ensemble du groupe. Les élèves en étaient conscients.

Cette différenciation a été poursuivie lors des trois autres séquences, hormis lors de certains cours où la tâche finale commune, le projet commun ont été mis entre parenthèses afin de préparer les élèves de manière ciblée à leurs épreuves de baccalauréat.

Informations sur l’auteur

- Elizabeth Paraire
- Lycée René Auffray - Clichy

Retour à la Présentation du dossier

Dans ce dossier

Retour à la Présentation du dossier

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)