Différencier pour faire progresser chacun à son rythme en expression orale en continu

, par Gaby Gurnik

En bref

Problématique  : Comment valoriser les compétences non-verbales en expression orale en proposant des stratégies communicatives pour motiver en particulier les élèves les plus faibles ?

Mots-clés  : Apprentissage collaboratif, supports différenciés, travail en îlots, développer les compétences des élèves en en compréhension de l’écrit et en expression orale en continu, renforcer la motivation des élèves en restaurant la confiance en soi, stratégies d’apprentissage de compensation, co-évaluation

Classe concernée par l’expérimentation : cinquième de 26 élèves

Contexte des activités mises en œuvre :
La classe est en effet hétérogène. Le collège est classé REP, beaucoup d’élèves gèrent mal et le matériel et le travail à fournir. L’essentiel doit être fait en classe. La majorité des élèves a su garder beaucoup de motivation pour les activités orales. Dans l’activité langagière majoritairement concernée par cette séquence, à savoir l’expression orale en continu, on peut considérer qu’une élève relève du niveau A2+, deux élèves du niveau A2, onze élèves du niveau A2-, neuf élèves du niveau A1+ et trois élèves produisent très peu et sont en grande jusqu’à très grande difficulté.
La salle de classe est aménagée en cinq ilots pour l’année, à savoir des ilots de six places et un ilot complémentaire de quatre places. Les groupes se sont faits par affinité d’abord, puis, le professeur a veillé à l’hétérogénéité des groupes.

Mise en œuvre

Activité préalable collective : jouer une scène d’un conte librement choisi (expression orale)

Nous avons d’abord fait l’inventaire des ingrédients d’un vrai conte et établi une liste de vocabulaire (der Prinz, das Schloss , … ). Dès la première séance, la tâche finale est annoncée : nous allons découvrir plusieurs contes, les lire, les jouer, pour au final, pouvoir en raconter un (qui existe déjà ou que vous avez créé) seul et à l’oral comme un vrai conteur. Ensuite, trois contes sont donnés sous forme de mini-dialogues sans le titre ( Wer ist die schönste im Land ? … / Wir finden den Weg nicht mehr-Schau ein Haus. …. / Warum hast du so große Ohren ? …). Dans le cadre d’un travail de groupe, les élèves doivent en choisir un qu’ils croient avoir reconnu pour ensuite se répartir les rôles et jouer une scène de ce conte en se servant des phrases données ou non. Le jeu théâtral étant associé à la prise de parole, cette étape contribue à ce que les élèves prennent conscience que le mime, le geste et le jeu sont tous autant véhicules de sens que le langage associé à la parole. Il est également précisé aux élèves que le futur conteur pourra se servir de ces formes de communication non verbale pour compenser des lacunes. L‘échange entre pairs permet d’élaborer des stratégies de mise en scène en coopération et motive la prise de parole pour valoriser le travail au sein de chaque équipe. Une fois que chaque groupe a joué la scène choisie, les autres équipes devinent de quel conte il s’agit. Si le titre a été donné en français, l’équipe indique le bon titre en allemand parmi ceux qui ont été affichés : Rotkäppchen, Hänsel und Gretel, Dornröschen, Schneewittchen, der Rattenfänger von Hameln.

[...]

Vous trouverez toute la mise en œuvre de l’activité dans l’article intégral, téléchargeable en format pdf.

Vidéos élèves

Bilan

En compréhension de l’écrit, le support différencié a permis de faciliter l’accès au texte de tous les élèves et d’encourager les plus faibles à tenter une lecture plus ardue grâce à une maîtrise progressive du sens. La tâche d’expression en oral en continu, raconter une histoire à la manière d’un vrai conteur, était ambitieuse et elle a été réalisée par les élèves à des degrés divers d’élaboration. Mais les stratégies liées à la communication non verbale ont été prises en compte par tous et comprises comme des aides à l’expression, surtout par les plus faibles qui manquent de lexique et de structures. Le plaisir qu’a pu avoir le public à écouter les histoires racontées et qui l’a communiqué aux acteurs sera sûrement, du moins je l’espère, moteur pour des productions plus complexes l’an prochain.

Informations sur l’auteur

- Nom du professeur : Gaby Gurnik
- Etablissement : collège Gabriel Péri à Bezons

Retour à la Présentation du dossier

Dans ce dossier

Retour à la Présentation du dossier

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)